• association@entred-paris.fr

Diabète de type 1

Le diabète de type 1, ou DT1, qu’est-ce que c’est ?

Le diabète de type 1, appelé également DT1 ou diabète insulino-dépendant, apparaît le plus souvent chez l’enfant et le jeune adulte. Avoir un diabète de type 1 signifie que le corps ne produit plus d’insuline naturellement. L’insuline est une hormone, indispensable pour que le corps puisse utiliser le sucre et donner de l’énergie aux muscles et au cerveau. Dans le cas du DT1, les cellules qui produisent de l’insuline sont détruites.

Le DT1 est une maladie « auto-immune ». C’est à dire que le système immunitaire qui permet de nous défendre contre les virus et bactéries s’est attaqué progressivement aux cellules productrices d’insuline. Ces cellules, appelées « Îlot de Langerhans » du nom du biologiste qui a découvert leur fonctionnement, sont situées dans le pancréas, un organe vital. Au début du DT1, le pancréas produit normalement de l’insuline puis petit à petit ses cellules sont détruites par le système immunitaire et l’insuline n’est plus produite en quantité suffisante. Le corps a de plus en plus de difficulté à utiliser le sucre apporté par l’alimentation. Il ne faut pas le confondre avec le diabète de type 2, majoritaire dans la population et qui concerne principalement des adultes dont l’organisme produit de l’insuline mais qui fonctionne moins bien.

Le sucre, appelé également glucose, est présent naturellement dans l’alimentation sous différentes formes (pas nécessairement avec un « goût sucré ») et c’est aussi sa transformation par l’organisme qui nous permet de vivre. Il est aussi indispensable que l’eau ou l’air que nous respirons. Avec un diabète de type 1, le corps ne peut plus amener le sucre dans les cellules de l’organisme, il reste donc dans le sang en quantité de plus en plus importante car il n’est plus utilisé. Comme il n’est pas utilisé et que les cellules ont besoin d’énergie, le corps essaie d’utiliser ses réserves et aussi provoque une sensation de faim ce qui amène à augmenter la quantité de sucre dans le sang. Pour essayer de compenser la quantité de sucre trop présente dans le sang, le corps aussi déclenche la soif pour essayer d’éliminer le surplus de glucose par les urines.
Au moment de la découverte du diabète de type 1 chez l’enfant ou le jeune adulte, les signes sont donc généralement:

  • un appétit augmenté. Le terme scientifique est « polyphagie »
  • un amaigrissement, la perte de poids étant présente malgré l’augmentation de l’appétit et des apports en nourriture
  • une soif intense avec une consommation d’eau très importante. Le terme scientifique est « polydipsie »
  • une production importante d’urine. Le terme scientifique est « polyurie »

En présence de ces signes une mesure du taux de sucre dans le sang, appelée glycémie, permet de vérifier qu’il s’agit d’un diabète de type 1. Une trop grande quantité de glucose dans le sang est appelée hyperglycémie. Pour confirmer le diagnostic, à l’hôpital sera pratiqué une prise de sang pour détecter les anticorps « anti-cellules d’îlots de Langerhans », caractéristiques du diabète insulino-dépendant auto-immun, de type 1

Attention, la découverte du diabète de type 1 est une urgence pédiatrique. Le corps, en « puisant » dans ses réserves se fatigue mais également fabrique de l’acétone qui est dangereux pour l’organisme. Un coma est alors possible. Pour éviter cette situation, il est important d’emmener l’enfant dans un service d’urgence pédiatrique.

A retenir :
1) le DT1 ou diabète de type 1 est provoqué par une réaction auto-immune. Il n’a rien à voir avec un mode de vie ou un problème d’alimentation et il n’est pas contagieux.
2) Le corps ne produit plus d’insuline, hormone indispensable pour que l’organisme utilise le sucre présent dans l’alimentation. Le sucre reste alors dans le sang.
3) Les signes caractéristiques sont: des urines plus fréquentes et abondantes, une soif importante, une faim augmentée et un amaigrissement. Une mesure de glycémie permet de mesurer le taux de glucose dans le sang qui est élevé au moment de la découverte de la maladie. L’organisme est en « hyperglycémie ».
4) La découverte du diabète de type 1 est une situation d’urgence.

Comment soigne-t-on le DT1 ?

On ne soigne pas le DT1 à l’heure actuelle, on ne guérit pas du diabète de type 1. C’est une maladie que l’on garde toute sa vie. Il fait partie des « ALD » Affection de Longue Durée. En revanche, le diabète de type 1 est bien pris en charge, permettant de mener une vie parfaitement accomplie, aussi bien en milieu scolaire que professionnel et bien sûr personnel!

Puisque le corps ne peut plus produire naturellement de l’insuline, indispensable à la vie, il faut lui en apporter autrement.
Les seuls moyens aujourd’hui sont des piqûres avec des injections plusieurs fois par jour notamment à chaque repas ou une pompe à insuline. La pompe à insuline est un petit appareil que l’on doit porter en permanence et qui diffuse de l’insuline dans le corps, comme une perfusion. L’insuline ainsi injectée permet aux cellules de l’organisme de consommer le sucre présent dans le sang.

Naturellement, le corps adapte la quantité d’insuline produite par le pancréas à la quantité de sucre présent dans le sang en l’augmentant au moment des repas ou la diminuant en cas d’activité physique intense qui « consomme » le glucose. Lorsque le pancréas fonctionne parfaitement le taux de sucre est donc stable grâce à cet ajustement.
Avec un DT1, il est indispensable de connaître précisément le taux de sucre dans le sang car cet ajustement naturel ne peut plus se faire. Il est possible de n’avoir pas injecté suffisamment d’insuline ou trop au contraire, en fonction de l’alimentation, de l’activité physique, du stress, des situations etc.

Il faut donc faire des mesures de glycémie régulièrement afin de connaître précisément ce taux de sucre. Pour réaliser ces mesures, il est indispensable d’utiliser un appareil dédié. Il en existe aujourd’hui de plusieurs sortes :

  • des appareils à mesure « capillaire ». Il est nécessaire de faire une petite piqûre au bout d’un doigt, de déposer une goutte de sang sur une bandelette au niveau de l’appareil qui va ainsi indiquer le taux de glucose dans le sang au moment de la mesure. Pour un diabète de type 1 il est nécessaire de faire plusieurs mesures par jour, cette méthode est donc plutôt contraignante.
  • des appareils à mesure « interstitielle » ou capteurs de glucose. Ce sont des dispositifs qu’il faut porter en permanence sur la peau, comme un patch. Un lecteur (ou un téléphone mobile) permet d’obtenir la mesure, mais également de récupérer les informations de glycémie entre chaque mesure sous forme de courbe et de tendances. Moyennant la contrainte d’avoir en permanence un dispositif sur soi, cela permet d’obtenir des informations plus complètes sur le taux de glucose dans le sang au cours du temps.

Ces appareils, souvent appelé « Dextro »,  permettent donc de mesurer le taux de sucre dans le sang.
Lorsqu’il est trop élevé, il s’agit d’une hyperglycémie. Lorsqu’il est trop bas, il s’agit d’une hypoglycémie.
En cas d’hypoglycémie, il faut donc manger rapidement du sucre pour remonter ce taux. Sans cet apport en sucre, un malaise est possible.
En cas d’hyperglycémie, il faut donc ajuster l’insuline dans le sang: une nouvelle piqûre ou un réglage de la pompe est nécessaire. Sans ce nouvel apport d’insuline, le corps peut refaire de l’acétone qui est néfaste pour l’organisme. Et à long terme un taux de sucre qui reste trop élevé peut abimer les organes et les petits vaisseaux sanguins.

Pour savoir si un diabète de type 1 est bien équilibré, c’est à dire si le taux de glucose est resté stable dans le temps sans trop d’hyperglycémies, régulièrement un prélèvement sanguin est fait. Ce prélèvement permet de mesurer un indicateur important de l’équilibre du DT1. Il s’agit de « l’hémoglobine glyquée » appelée aussi Hba1C. Le sucre étant présent dans le sang, l’hémoglobine est en contact avec ce sucre. L’hémoglobine donne la couleur rouge aux globules rouges. Ces globules rouges ont une durée de vie dans l’organisme d’environ 120 jours. En mesurant donc cette hémoglobine glyquée, cela donne une idée du taux de sucre sur les 3 derniers mois et permet ainsi de savoir si celui-ci est resté trop haut.

A retenir:
Aujourd’hui, il n’existe absolument aucun remède ou plante, aucune recette, aucun régime permettant de soigner ou guérir un diabète de type 1. Avec un DT1, il faut donc mesurer plusieurs fois par jour et maintenir une glycémie, le taux de glucose dans le sang, la plus stable possible grâce à l’insuline que l’on injecte par piqûres ou pompe et du sucre en quantité suffisante. Un enfant ou un adulte avec un diabète de type 1 dépend donc de ces injections quotidiennes d’insuline pour vivre.

Pourquoi et comment le DT1 se déclenche ?

Aujourd’hui, les scientifiques ne savent pas exactement quelle est la cause de cette maladie auto-immune. Il peut y avoir des facteurs génétiques, mais ils ne sont pas suffisant pour expliquer le déclenchement de la maladie. Il est observé un plus grand nombre de cas de diabète de type 1 dans les pays nordiques (Finlande par exemple) et également des cas plus fréquemment découvert en hiver (janvier, février…), ce qui laisse penser que des infections par des virus peuvent aussi être impliquées dans le déclenchement du diabète de type 1.

Combien d’enfants ou d’adultes sont atteints de diabète de type 1 en France ?
Il n’existe pas de « registre national » en France permettant de mieux suivre les enfants et adultes atteints d’un DT1.
Dans le monde il est estimé que le nombre d’enfant de moins de 15 ans avec un diabète de type 1 s’élevait à 500.000 en 2013 avec 80.000 nouveaux cas par an. Le nombre de nouveaux cas de DT1 découvert chaque année augmente régulièrement, il est estimé à 2000 en France par an, principalement chez des enfants. Au total, il y aurait autour de 300.000 personnes atteintes d’un diabète de type 1 en France, un chiffre en constante évolution.

(source: Institut National de Veille Sanitaire, INVS http://invs.santepubliquefrance.fr/beh/2017/27-28/pdf/2017_27-28_1.pdf et Société Francophone du Diabète https://www.sfdiabete.org/presse/chiffres-cles )

En savoir plus

Le site de l’AJD, Aide aux jeunes diabétiques contient de nombreuses informations et supports pour comprendre ce qu’est le DT1, diabète de type 1.

Ent’RED est une des associations de familles du réseau AJD